En bref

Le Warm Festival ouvre à Sarajevo

Le Warm Festival 2017 commence ce mercredi 28 juin, et ce jusqu’au 2 juillet. L’inaugur...

Guy Tillim remporte le prix HCB 2017 sponsorisé par Hermès

Le photographe sud-africain Guy Tillim a été désigné lauréat du prix Fondation Henri Cartier-Br...

Koudelka en personne à l’Anthology Film Archives

The Anthology Film Archives (New York) accueille ce lundi 26 le photographe tchèque Josef Koudelka,...
PHOTO DU JOUR
Guy Tillim, Union Avenue, Harare, 2016 © Guy Tillim, and Stevenson Gallery
Guy Tillim, Union Avenue, Harare, 2016 © Guy Tillim, and Stevenson Gallery

Joel-Peter Witkin, né en 1939 à Brooklyn (New York), et désormais installé à Albuquerque au Nouveau Mexique, pourrait bien être au sommet de sa carrière. Ce mois-ci, son exposition Heaven or Hell ouvre à la Bibliothèque Nationale de France et une autre présentation de ses travaux intitulée History of the White World a lieu concurremment dans une galerie à Paris.

« Tout commence avec mon premier souvenir conscient, j’avais six ans. C’est arrivé un dimanche, ma mère nous escortait mon frère et moi en bas des marches de l’immeuble dans lequel nous vivions. Nous allions à l’Eglise. Alors que nous marchions dans le hall vers l’entrée de l’immeuble, nous avons entendu un terrible crash mélangé de cris et d’appels au secours. L’accident impliquait trois voitures, toutes avec des familles à l’intérieur. D’une manière ou d’une autre, dans la confusion qui suivit, je lâchais la main de ma mère. Je pouvais voir quelque chose rouler hors d’une des voitures qui gisait sur le toit. L’objet s’arrêta juste devant moi. C’était la tête d’une petite fille. Je me baissais pour toucher son visage, pour lui parler, mais avant que j’ai réussi, quelqu’un m’emporta ailleurs. Cela aurait pu me détruire, et je serais devenu insensible. Au lieu de ça, je décidais d’accepter ce traumatisme et d’aller de l’avant ; parce que ma volonté est plus forte que la mort, plus forte que la perdition de ce genre de moments… Cet instant, ma première expérience visuelle consciente, a laissé son empreinte. », a écrit Witkin dans sa monographie, The Bone House (Twin Publishers).

En octobre, j’ai eu une conversation charmante avec Witkin alors qu’il préparait son voyage à Paris pour préparer ses deux expositions. Parler avec lui était intéressant. J’ai appris beaucoup de choses le concernant, à la fois sur ses excentricités et son génie.

Vous pouvez lire dans la version anglaise de La Lettre, l’entretien d’Elizabeth Avedon avec Joel-Peter Witkin.

En savoir plus

News
Albuquerque : Happy Birthday
Jerome & Joel-Peter Witkin

Les jumeaux Jerome et Joel-Peter Witkin se sont retrouvés après 50 ans de séparation. Ils ne se quittent plus. Ils viennent de fêter leurs 75e anniversaire. C'était dans un restaurant français d'Albuquerque au...

Interview
Galerie Baudoin Lebon : Joel-Peter Witkin et Paolo Gioli

A l'occasion de la double exposition Ames qui vivent, qui réunit Joel-Peter Witkin et Paolo Gioli à Paris et à Brescia, respectivement à la galerie Baudoin Lebon et à la galerie Massimo Minini, une vidéo a été réalis&...