En bref

Dread Scoot sur la grandeur américaine à l’ICP

L’école de l’International Center of Photography (ICP) accueille ce soir, mardi 26 avri...

Profession photographie invite le laboratoire Picto

L’association Profession Photographie invite ce mercredi 26 avril le laboratoire français Pic...

Conversation sur la performance dans la photographie chinoise à la Watlher Collection

Le Walther Collection Project Space (New York) organise ce samedi 22 avril une discussion entre le c...
PHOTO DU JOUR
Photographe anonyme. Un Picasso à tomber par terre.
Allemagne, 1955. Tirage argentique d'époque légèrement rehaussé. 21,3 x 16,2 cm
Photographe anonyme. Un Picasso à tomber par terre. Allemagne, 1955. Tirage argentique d'époque légèrement rehaussé. 21,3 x 16,2 cm

Avec Afghanistan- A Distant War, Robert Nickelsberg et les spécialistes internationaux invités a contribuer a l’ouvrage proposent une subtile analyse du conflit latent qui a dévasté l’Afghanistan depuis l’invasion soviétique de 1979 et dont les conséquences se ressentent bien au-delà de ses frontières tendues. En l’espace de trente ans, l’Afghanistan est devenu le berceau d’un réseau complexe que la négligence internationale a autorisé a s’enraciner, exportant et important des conflits dans une spirale de violence et de dévastation sociale.

Ce que Jon Lee Anderson appelle Distant War en préface d’ouvrage, Ahmad Nader Nadery en parle avec plus d’aigreur : « Ceux qui ont infligé les souffrances ont joui d’une immunité juridique. La communauté internationale a tranquillement regardé la souffrance des Afghans, les femmes et les enfants, à la merci des clans régionaux. Le processus a donné naissance à Al Qaida, qui a bénéficié d’un refuge pendant près de dix ans. »
En moins de deux décades, une cellule bénigne est devenue l’entité qui contrôle 80 % du pays, leader d’un jeu d’influences et de pouvoirs régionaux qui bousculent l’équilibre mondial.

Conscient des ramifications exponentielles de ce conflit et attentif à ne pas en dresser un portrait partial et caricatural, Robert Nickelsberg a patiemment suivi et capturé les événements qui ont jalonné ses 25 années de reportage, comblant du même coup un vide dans la représentation photographique de l’Afghanistan : les guerres, les votes, les attentats, les rendez-vous politiques, mais aussi les négociations, les traditions et l’impact des différents gouvernements sur les conditions de vie de la population locale. Il s’est rendu dans les hôpitaux, les écoles et les prisons, a vadrouillé avec la police et l’armée locale, fréquenté les différents clans, visité les camps d’entrainements et rencontré les fermiers, puisque ce sont aussi eux les guerriers de cette guerre sourde. Profondément attristé, il constate en fin d’ouvrage, dans l’une de ses réflexions éparpillées au sein du livre : “C’est très difficile d’extraire les gens qui ne sont pas en faveur des Talibans mais qui vivent avec eux. » 

Avec une rare exigence journalistique,  il a documenté tous les acteurs du conflit, tour a tour persécuteurs et victimes : soldats de l’union soviétique, moudjahidines, Talibans, armée américaine, Ouïghours, tous évoluent au sein de vastes paysages, magnifiquement hostiles dans leur tonalité aride et leur immensité. Des paysages dans lesquels les Afghans souffrent de la violence et de la famine, rappelle amèrement Steve Coll dans son essai.

De toutes parts, les années se succèdent au rythme des pertes humaines. Il y a de la fatigue dans certaines images, comme dans celle d’un soldat américain marchant, l’attitude lasse et la tête basse, devant les cadavres de deux soldats talibans. Cette photographie datée de 2006 introduit le dernier chapitre – la dernière période, puisque l’auteur n’a pu concevoir ce récit que chronologiquement pour rendre compte d’une crise qui s’est installée dans le temps, insidieusement.

Son investigation est servie par un superbe langage photographique, dans des représentations parfois métaphoriques comme celle d’un soldat américain blessé dans une jeep, qui semble tenir son sac de perfusion dans les airs comme un trophée, médaille qui peut le libérer de ce lancinant enfer. Au moment ou les troupes internationales s’apprêtent a quitter l’Afghanistan, l’ouvrage invite a s’interroger sur l’avenir. La dernière photographie est datée de mai 2013. C’est une vue de Kaboul, d’une rue animée dont le trafic chaotique peut aussi se lire comme une voie pas vraiment clairement tracée. Car si Ahmad Nader Nadery pousse un cri d’espoir pour le pays en introduction, Steve Coll lui imagine un avenir aussi sombre que ces dernières années, où l’obsession de tuer les leaders au lieu de stabiliser les campagnes et développer l’économie et les infrastructures a dévasté la population locale qui, elle, reste dans la tourmente.

Afghanistan – A Distant War
Photographies de Robert Nickelsberg
Textes de Jon Lee Anderson, Ahmad Nader Nadery, Steve Coll, Ahmed Rashid, Tim McGirk et Masood Khalili
Prestel Publishing
192 pages
US$ 60.00

http://www.robertnickelsberg.com/ »http://www.robertnickelsberg.com/
http://www.randomhouse.de/search/searchresult.jsp?ssit=qus&pat=nickelsberg&x=-1093&y=-148&pub=58500

En savoir plus

Les Livres
Luke Powell: Afghan Gold (Photographs 1973 – 2003)

Afghan Gold, de Luke Powell, est publié par Steidl dans une boite proposant deux voyages. Un grand livre horizontal, aussi précieux et délicat à manier qu'un manuscrit médiéval, entraine dans les montagnes vertigineuses à l'é...