En bref

Richard Mosse arrêté en Grèce

Le photographe irlandais Richard Mosse, récent lauréat du prix Pictet 2017 pour sa série Heat Ma...

Le Musée de la Photographie de Charleroi souffle ses trente bougies

Crée en 1987, le Musée de la Photographie de Charleroi fête cette année ses trente ans. «&...

Martin Parr en personne au Metrograph New York

Le photographe britannique Martin Parr, membre de l’agence Magnum Photos, sera en conversation...
PHOTO DU JOUR
Eve Arnold, School for non-violence, Virginia, 1960 © Eve Arnold/Magnum Photos
Eve Arnold, School for non-violence, Virginia, 1960 © Eve Arnold/Magnum Photos

En février 2014, la Poste brésilienne édite 600 000 timbres à l’effigie de la Coupe du Monde de Football 2014. En quelques jours, la totalité des 600 000 timbres était vendue, sur internet et dans les bureaux de poste les stocks étaient épuisés.

A Rio de Janeiro, tout près du stade Maracanã, où se dérouleront la majorité des événements de la Coupe du Monde pendant l’été 2014, se trouve l’Antigo Museu do Índio. C’est l’unique lieu du pays dédié aux cultures indigènes. C’est un lieu qu’occupaient des Indiens de différentes communautés depuis plusieurs années. Ils se battaient pour la préservation de ce lieu à l’importance historique, et par le même temps pour la préservation de leurs cultures, puisqu’ils y pratiquaient et enseignaient leur artisanat, leurs techniques thérapeutiques, etc. L’endroit était aussi un lieu d’accueil pour les Indiens de toutes les communautés qui se rendaient à Rio de Janeiro. En mars 2013, après des mois de lutte, les Indiens qui occupaient l’édifice sont violemment chassés de l’Antigo Museu do Índio par la Police Militaire. Cela dans le but de détruire le bâtiment afin de laisser place à un complexe de restaurants, parkings et boutiques de produits dérivés de la Coupe du Monde 2014.

Aujourd’hui, après plus d’un an d’affrontements, d’incertitudes et de promesses rompues, l’avenir de l’Antigo Museu do Índio est encore incertain. Les Indiens au Brésil continuent de lutter pour la préservation et la reconnaissance du lieu et de leurs cultures.

Grâce à la juxtaposition de cartes postales représentant des Indiens brésiliens issus de différentes ethnies, et de timbres à l’image de la Coupe du Monde 2014, cette série tente de souligner comment un pays peut être amené à masquer, à cacher ce qui fait sa diversité, jusqu’à ses propres racines. Cela afin de satisfaire un public, qui vient assister à un événement qui devient un véritable show.

Elsa Leydier

http://www.elsaleydier.com 

En savoir plus

PHOTOGRAPHE
Elsa Leydier

Née en 1988.Ecole Nationale Supérieure de la Photographie, Arles www.enp-arles.com

Portfolios des Lecteurs
Envoyez nous vos Portfolios

Chaque week-end, L’Oeil de la Photographie consacre son édition aux portfolios de ses lecteurs. Cette rubrique publie une sélection des portfolios envoyés dans le mois en cours, elle permet ainsi aux photographes du monde entier de diffuser le...