En bref

Candidatures ouvertes pour l’Athènes Photo Festival

L’Athènes Photo Festival, qui se déroulera dans la capitale grecque du 7 juin au 30 juillet,...

Les Rencontres d’Arles investissent Paris-II Panthéon Assas

Demain mercredi 22 mars aura lieu l’inauguration de l’exposition Les Paradis. Rapport a...

L’ICP célèbre les femmes afro-américaines en façade

Jusqu’au 26 mars, l’International Center of Photography met à l’honneur  les fe...
PHOTO DU JOUR
Philipp Hugues Bonan © Galerie Lame Marseille
Philipp Hugues Bonan © Galerie Lame Marseille

Ce n’est que l’an dernier que j’ai découvert l’œuvre de Dominique Darbois, par l’intermédiaire de Karl Joseph, directeur artistique des Rencontres photographiques de Guyane. Le festival rendait hommage à cette grande dame en exposant ses photographies des Amérindiens Wayanas, réalisées au début des années 50. J’ai été surprise de l’inventaire de ses images souvent méconnues, qui représentent des archives précieuses, et du parcours fascinant de cette photographe.

Résistante dès l’adolescence, Dominique Darbois devient l’assistante du photographe Pierre Jahan à son retour de la guerre d’Indochine, où elle s’est engagée peu après la libération de Paris. Rapidement, elle devient elle-même photographe et part en expédition en Guyane française, dans la forêt amazonienne, à la rencontre des communautés amérindiennes. Après un an passé auprès d’eux, elle ramène un documentaire et plusieurs livres, dont Parana le petit Indien, qui sera le premier d’une longue série de pour un jeune public sur les enfants d’une soixantaine de pays, et dont les maquettes, innovantes pour l’époque, mélangent textes, photos et collages. De son expérience en tant qu’assistante, Dominique Darbois maîtrise le tirage de ses images. Cette collection, qui dura plus de vingt ans, est malheureusement aujourd’hui disparue, mais ces photographies sont regroupées dans le livre Terre d’enfants, paru chez Xavier Barral en 2004.

Militante, combattante, aventurière et active défenseur des droits de l’homme, la photographe s’engage par la suite dans la résistance algérienne. Elle continue de produire des images et réalise un reportage sur les camps d’entraînement du FLN. Elle se confronte à l’époque à la censure française, qui en interdit la publication. En 2009, elle en fait don aux services des Archives nationales d’outre-mer. Par la suite, elle passe par Cuba et l’Afghanistan, où elle photographie les œuvres du musée de Kaboul, dont elle sera la dernière à laisser une trace avant leur destruction. Puis elle mène un travail sur la condition de la femme, ce qui l’amène à parcourir plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest.
Domnique Darbois, photographe engagée et humaniste, s’est éteinte le 7 septembre dernier à l’âge de 89 ans, laissant des milliers d’archives et de négatifs, dont certains restent peut- être encore inédits.

LIVRES
Terre d’enfants, éditions Xavier Barral, 2004.
Afrique, terre de femmes, éditions Ides et Calendes, 2004.

En savoir plus

PHOTOGRAPHE
Dominique Darbois

Dominique Darbois (1925 - 2014) est une photojournaliste et une auteure française. Elle est connue pour ses travaux photographiques quasi-ethnographique sur les coutumes, les enfants ou les peuples du monde.