En bref

Signatures de Susan Meiselas au Bal ce mardi 23 mai

Le BAL invite ce mardi 23 mai la photographe Susan Meiselas, membre de Magnum Photos, pour une séan...

Appel à candidatures : Prix Picto de la Mode 2017

Le Prix Picto de la mode a ouvert son appel aux candidatures. Anciennement nommé Prix Picto de la ...

Le photographe américain Stanley Greene est mort

Le photographe de guerre américain Stanley Greene est mort, ont annoncé ce matin plusieurs médias...
PHOTO DU JOUR
SanFrancisco,1978 © Stanley Greene, Courtesy Polka Galerie
SanFrancisco,1978 © Stanley Greene, Courtesy Polka Galerie

Lauren Marsolier crée des espaces vraisemblables à partir de photographies multiples, fragments épars du monde extérieur, prélevés au cours du temps dans des endroits divers. Souvent des mois, voire des années, séparent la saisie des éléments juxtaposés dans ses paysages.

Ses photomontages sont conçus à partir d’une banque d’images personnelles, suivant un processus qui n’est pas sans rappeler la façon dont de nombreux peintres élaborent des esquisses en différents lieus pour les utiliser plus tard en référence dans leurs tableaux.

Son travail porte sur le processus mental de la transition, une phase particulière au cours de laquelle nos paramètres de perception se modifient ; soudain, nous ne voyons pas notre environnement, notre vie ou nous-mêmes tout-à-fait de la même façon. Ces périodes de changement donnent souvent l’impression de se trouver dans un lieu que l’on connaît sans pouvoir, toutefois, l’identifier.

Alors que nous nous efforçons de nous adapter à une société post-moderne affectée par la vitesse et l’implosion des frontières entre image et référent, apparence et réalité, nous faisons régulièrement l’expérience de ce sentiment de désorientation et de dissonance. Notre monde est entré dans une nouvelle étape d’abstraction, une phase de dématérialisation dans laquelle les images et les signes prennent une vie autonome, coupée de ce qui, préalablement, constituait pour nous le réel. La perte de connexions concrètes aux objets de nos sens crée en nous un vide, et donne lieu à un flux de perceptions nouvelles et élusives. C’est cela que l’artiste explore en leur donnant les caractéristiques visuelles d’un paysage.

Situées quelque part entre fiction et réalité, ses images représentent un paysage mental troublé par un monde en perpétuel changement. Elles montrent une irréalité devenue manifeste, des non-lieux transitoires où l’activité et l’habitat de l’homme figurent sous forme d’étonnantes antithèses de nature et d’artifice, ou plutôt, de nature artificielle et d’artifice naturel.

Ce livre est publié par Kerber Verlag à l’occasion des expositions à venir à la galerie Richard à Paris, jusqu’au 10 janvier 2015 et dans leur espace new-yorkais au printemps prochain, ainsi qu’à la Robert Koch Gallery au cours de l’hiver 2015.

LIVRE
Transition
Photographies de Lauren Marsolier
Essais de W. M. Hunt, Here. Now. Nowhere
et Stefan Mattessich, Lauren Marsolier’s Topographies of Memory
Editeur KERBER VERLAG (août 2014)
80 pages, 50 images, couverture rigide
9.5 x 9.5 in / 25 x 25 cm
ISBN: 978-3-86678-994-4

www.kehrerverlag.com
www.laurenmarsolier.com/

En savoir plus

PHOTOGRAPHE
Lauren Marsolier

Lauren Marsolier est une photographe d'origine française, elle vit et travaille à Los Angeles.