En bref

Le Warm Festival ouvre à Sarajevo

Le Warm Festival 2017 commence ce mercredi 28 juin, et ce jusqu’au 2 juillet. L’inaugur...

Guy Tillim remporte le prix HCB 2017 sponsorisé par Hermès

Le photographe sud-africain Guy Tillim a été désigné lauréat du prix Fondation Henri Cartier-Br...

Koudelka en personne à l’Anthology Film Archives

The Anthology Film Archives (New York) accueille ce lundi 26 le photographe tchèque Josef Koudelka,...
PHOTO DU JOUR
Guy Tillim, Union Avenue, Harare, 2016 © Guy Tillim, and Stevenson Gallery
Guy Tillim, Union Avenue, Harare, 2016 © Guy Tillim, and Stevenson Gallery

Night Walk est dédié par Ken Schles à la mémoire de ceux qui sont morts du sida et de la violence qui se sont emparés du East Village, à New York, dans les années 1980. Compilé plus de vingt-cinq ans après les ravages, cet ouvrage est le contre-point d’Invisible City, livre noir publié par le photographe en 1988. A l’époque, Ken Schles vivait dans l’East Village, dans un immeuble rapidement tombé a l’abandon et transformé en QG par quelques héroïnomanes agressifs. Il sortait tout juste de l’école, avec la photographie pour ambition, même si cela impliquait de se nourrir de pâtes sèches dans les bons jours. Le punk rock commençait a résonner dans les salles underground, inspirant une scène artistique bouillonnante et insouciante à se réinventer au milieu du désastre ambiant – un mélange d’excitation et de danger qui a fait des années 1980 l’époque la plus fantasmée de New York.

Immédiatement devenu culte auprès de cette génération d’agitateurs ébranlés par l’arrivée en trombe de la mort, Invisible City n’a jamais été conçu comme tel. Edité avec le poids vivide du deuil, c’était davantage le testament rédigé par le jeune photographe après la dissipation de son quartier et de sa famille d’adoption : un groupe de performeurs délurés et indomptables que le fléau n’avait pas encore disséminés. L’impression par photogravure renforcait l’intensité des noirs charbonneux et tristement prémonitoires de ses photographies. Réimprimé aujourd’hui par Steidl, Invisible City revêt la même envoutante profondeur, et Night Walk raconte l’autre facette du désastre.

En plongeant dans les archives de cette époque révolue, Ken Schles en a exhumé les morts. Les images sont imbibées de la même fureur qui floute les images d’Invisible City, mais elle sert ici la vie, l’amour. Invisible City débordait de flammes, celles des feux d’artifice et des incendies qui mettaient en cendre l’East Village. Il ne reste dans Night Walk que les explosions festives qui éclairaient les rues le temps de quelques retentissantes déflagrations et les flammes d’allégresse plantées sur un gâteau d’anniversaire. L’atmosphère est intacte, mais la nuit agitée que l’on traverse dans Night Walk se termine par une longue scène romantique dans l’appartement de briques de Ken Schles. De sa fenêtre, on aperçoit les escaliers de secours métalliques qui dessinent toujours aujourd’hui des lignes obliques sur les immeubles du village. « Human beings exist in a word of fantasy. We create metaphors to understand the world, so photographs are a perfect container. We trust them more than we trust memory because memory is ephemeral », rappelle Ken Schles dans une interview pour le Los Angeles Review of Books. Invisible City portait le deuil d’une ville évaporée. Alors que la mémoire y avait renoncé, Night Walk l’a reconstruite.

 

EXPOSITION
Invisible City/Night Walk 1983-1989
Ken Schles
Jusqu’au 14 mars 2015
Howard Greenberg Gallery
41 East 57th Street, Suite 1406
New York 10022
www.howardgreenberg.com 


LIVRES

Invisible City de Ken Schles
34 euros
Editions Steidl
https://steidl.de/Books/Invisible-City-0715182627.html

Night Walk de Ken Schles
38 euros
Editions Steidl
https://steidl.de/Books/Night-Walk-0004133756.html

http://www.kenschles.com

 

En savoir plus

PHOTOGRAPHE
Ken Schles

Né à Brooklyn, New York en 1960. Ken Schles est l'auteur de Invisible City (1988; reprint 2014), The Geometry of Innocence (2001), A New History of Photography: The World Outside and the Pictures In Our Heads (2007), Oculus (2...

Les Livres
Ken Schles–Oculus

Ken Schles says this book is a “photographic book about images, memory and the metaphor of light.” It is so much more. The level of abstract thinking required is so great that Ken includes his own exegesis at the end. It could easily be part of a course in hermeneutics at the...

Exposition
Berkeley: Ken Schles–Invisible City

La connaissance que nous pouvons avoir d'un lieu vient principalement de sa fréquentation ; des rencontres intéressantes que nous y faisons ; de ses murs, de ses rues et des gens que nous y croisons – et sur les images que nous mettons sur chacun de ces stimuli. Le monde s'in...

Exposition
Berlin : Ken Schles
Oculus

Ken Schles a constitué ce mémoire alors que ses deux parents souffraient d'un Alzheimer qui étiolait leurs souvenirs et que sa femme luttait contre un virus qui démolissait sa vie. Il se tourne vers la photographie, qui échoue dans sa vocat...

Tendances
Ken Schles –Oculus

Oculus est le dernier livre de Ken Schles, il traite de la relation entre les images, la mémoire et la lumière. Dans sa présentation, Ken Schles écrit: "Nous donnons du sens au monde que nous percevons selon des critères symboliques et sociaux basés sur les représentations...