En bref

World Press Photo prend ses quartiers à Barcelone

World Press Photo présente demain vendredi 28 avril à midi les lauréats de son édition 2017 ...

Première édition du Luxembourg Street Photography Festival

Ce vendredi aura lieu la première édition du Luxembourg Street Phootgraphy Festival, aux Rotondes ...

Conférence de Françoise Denoyelle sur la photographie humaniste

Dans le cadre de l’exposition ‘Y’a d’la joie’ de Pierret Jamet, la VO...

L’œuvre des vrais artistes leur ressemble profondément. Jusqu’au bout, parfois. C’est ce que l’on se dit aujourd’hui, une fois encore, en apprenant la disparition prématurée de Lars Tunbjörk, à l’âge de 59 ans.
Comme tant d’autres dans cette génération, il commença par travailler pour la presse quotidienne, en noir et blanc, avec un regard acéré, un sens ludique de la composition, de l’anergie et un sourire apparent face aux situations qu’il surprenait au coin du rue ou dans un paysage. Les anecdotes visuelles réunies en 1987 dans le petit livre Photography Unbounded disent pourtant, déjà un monde inadapté : qu’adviendra-t-il du petit garçon de la couverture, oiseau malhabile et gracieux dont la veste trop grande entrave la marche ?

Pendant ce temps, accompagné de quelques complices dont Greger Ulf Nilson, qui deviendra plus tard son complice pour composer de remarquables livres, il regarde la photographie américaine. Et, essentiellement, cette photographie couleur qui change les enjeux d’une pratique jusque là limitée de façon utilitaire à la presse magazine. Sa compréhension profonde de cette situation sera son point de départ et c’est la couleur qu’il va explorer comme un outil, parfois vénéneux, pour inciser le monde qui l’entoure. Et il s’impose incontestablement comme l’un des plus importants photographes européens de la couleur, largement suivi, depuis plusieurs années, par des plus jeunes, scandinaves, allemands, britanniques qui ne sont pas toujours mus par la même radicalité, ni par le même abattement face à l’état de la société.

Ses livres sont des repères et font date. La plupart labourent une Suède désespérante à force d’incohérences, de blocages, d’impossibles qu’il saisit toujours avec un apparent détachement humoristique. Quand paraît en 1993 Landet utom sig bilder fran suerige, son premier portrait de la Suède, chez Journal, on perçoit immédiatement ce ton critique, acerbe, porté par des coups de flash qui exacerbent la couleur, qui affrontent l’espace, on sait immédiatement qu’une écriture s’affirme. C’est sur la base de cet opus qu’il rejoindra l’Agence VU’ puis deviendra un des artistes de la galerie du même nom.

I Love Boras ( Steidl, 2007), du nom de sa ville natale dont il dresse le portrait implacablement médiocre  en réunissant des années de cueillette à chaque retour, Vinter ( Steidl, 2007), le plus sinistre peut-être en ambiance, dans ces nuits interminables de neige, d’alcool, de renfermement sur soi qui guettent le scandinave un peu fragile – ou trop sensible -, Home (Steidl, 2003), qui, de zones pavillonnaires jouxtant des ronds-points incompréhensibles en intérieurs uniformisés IKEA au « confort » toujours un peu déglingué s’attaque à la caricature – celle que construisent les gens, Lars ne forçait pas le trait, il choisissait un point de vue – de l’idéal petit bourgeois, Dom alla ( Journal, 2005), radical de gros plans et de portraits serrés, de coups de flashs et d’absence d’expression figent sa vision de la Suède. Qui, hélas, ne pourrait bien être qu’un exemple, pratique parce que proche, d’un état du monde contemporain majoritaire.

C’est uniquement pour Office ( Journal, 2002), qu’il fait une manière de tour du monde des univers de bureaux. Il n’avait pas obtenu suffisamment d’autorisations en Suède pour récolter assez d’images. C’est peut-être son travail le plus connu, par forcément le plus profond, mais incontestablement immédiatement accessible tant se succèdent d’invraisemblables situations  aberrantes. Il ne faut pas s’arrêter aux anecdotes folles mais bien regarder la sinistrose absolue des couloirs moquettés de gris, des open spaces devenus impraticables, des enchevêtrements asphyxiants de fils électriques et câbles informatiques : un enfer absolu.

Lors des nombreuses expositions de Lars Tunbjörk, on observait toujours, chez le spectateur, le même fonctionnement. Dès l’entrée chacun souriait, s’amusait face à chaque anecdote graphique, face à l’incongruité. Puis, peu à peu, le sourire s’effaçait, la fatigue se faisait jour, jusqu’à l’accablement, jusqu’à la déprime.

Derrière ses couleurs questionnant toutes facettes de la photographie documentaire suintait une inquiétude profonde, la perception d’un monde dangereux.
On a le sentiment que c’est ce qui s’est passé : fatigue, dépression, problèmes personnels, plongée dans la dépression puis, aujourd’hui, terriblement, plus rien.

Christian Caujolle

Voir le film réalisé par Pierre Maïllis Laval (Agence Vu et la Femis)
Lars Tunbjörk, Beyond Backstage :

https://www.agencevu.com/photographers/photographer.php?id=80

En savoir plus

PHOTOGRAPHE
Lars Tunbjörk

Suédois. Né en 1956 à Boras en Suède. Il meurt le 11 avril 2015 à l'âge de 59 ans. Le travail de Lars Tunbjork est représenté par la Galerie VU' Qu’il dresse un portrait acide d...

Exposition
Photaumnales 2012 : Lars Tunbjörk

Qu’il dresse un portrait acide de la Suède, qu’il s’attache à l’univers cauchemardesque des bureaux ou à l’uniformité désolante des zones pavillonnaires pétries de goût petit-bourgeois, qu’il pointe la situation de ceux qui ont été marginalisés dans un pays ...

Exposition
Toulouse, Lars Tunbjörk: 3 séries photos

Le Château d’Eau de Toulouse présente jusqu'au 17 mars, trois séries photographiques du célèbre artiste suédois Lars Tunbjörk, membre de l'Agence et de la Galerie VU'. I love Böras est composé d’images choisies dans un corpus principalement réalisé dans sa ville na...

Portfolio
Hommage à Lars Tunbjörk : Festival de Cannes 2007

Hommage à Lars Tunbjörk, considéré comme un maître européen de la couleur, photographe à l'humour ravageur si désolé par le monde comme il va...  Lars Tunbjörk s'est éteint à l'âge de 59 ans...

Festival / Foire
Deauville 2011 –Lars Tunbjörk

Lars Tunbjörk est né en 1956 à Boras, en Suède ; il vit à Stockholm. Ce photographe porte un regard acide et humoristique sur le monde qui lui est proche : son pays natal et ses contradictions, ou l’uniformité désolante des zones pavillonnaires qui envahissent le monde. ...

Exposition
Lars Tunbjörk, L.A. Office

GUN GalleryRunebergsgatan 3, 114 29 Stockholm

Exposition
Lars Tunbjörk, L.A. Office

Gun Gallery Runebergsgatan 3, 114 29 Stockholm, Sweden Tel +46 707 27 76 27