En bref

Richard Mosse arrêté en Grèce

Le photographe irlandais Richard Mosse, récent lauréat du prix Pictet 2017 pour sa série Heat Ma...

Le Musée de la Photographie de Charleroi souffle ses trente bougies

Crée en 1987, le Musée de la Photographie de Charleroi fête cette année ses trente ans. «&...

Martin Parr en personne au Metrograph New York

Le photographe britannique Martin Parr, membre de l’agence Magnum Photos, sera en conversation...
PHOTO DU JOUR
Eve Arnold, School for non-violence, Virginia, 1960 © Eve Arnold/Magnum Photos
Eve Arnold, School for non-violence, Virginia, 1960 © Eve Arnold/Magnum Photos

Ce livre de photographies fait partie du projet transmédia Scars of Cambodia, co-écrit avec le réalisateur Alexandre Liebert, qui se présente également sous la forme d’un documentaire de création muet de 30 minutes et d’un diaporama sonore. Les photographies feront également l’objet d’une exposition à la Galerie Stimultania à Strasbourg à partir du 2 Octobre 2015. 

Le 17 Avril 2015 a marqué les 40 ans de la prise de Phnom Penh par les Khmers Rouges suivie de plus de 3 ans de violence. Le Cambodge porte toujours en lui les traces de ce génocide et se reconstruit sur le non-dit d’une génération traumatisée. Un pays de silence.   C’est la ressemblance de la photographe avec une sœur disparue qui déclencha sa rencontre avec Tut, puis la curiosité réciproque, et le retour de la mémoire. A partir de ce lien ténu s’est tissée une relation de confiance, construite sur plus de 3 ans, pendant lesquels il lui a raconté les tortures subies lorsqu’il était encore adolescent, et jusqu’à présent enfouies en lui.   Parce qu’ils ne parlaient pas la même langue, leur communication s’est développée dans le silence, à travers le langage du corps. Les mimes se sont mêlés au quotidien, la violence passée pouvant ressurgir au travers de chaque objet. Une fleur coupée, une amputation ; un fruit ensaché, l’étouffement.  Tut est allé jusqu’à se remettre en scène, créer des reconstitutions pour témoigner de ce qu’il a vécu.   Le livre « Un passé sous silence » partage une rencontre intime et dresse un portrait sensoriel de la mémoire enfouie, la manière dont elle transparaît dans les gestes, les attitudes et les regards, dont elle peut définir une personne et la marquer à vie.

http://vimeo.com/104914514

LIVRE
Un passé sous silence
Photographies d’Emilie Arfeuil

Editions Charlotte Sometimes
Livre édité à 100 exemplaires
numérotés et signés par l’artiste
20 euros

http://www.emiliearfeuil.com

Vous pouvez pré-commander votre exemplaire ici
http://leseditionscharlottesometimes.com/un-passe-sous-silence/

En savoir plus

PHOTOGRAPHE
Emilie Arfeuil

Emilie Arfeuil est née à Clermont-Ferrand en 1983. Elle vit et travaille à Paris. Après des études de Cinéma à la Sorbonne, elle jongle entre photographie de mode et séries docume...

Portfolio
Emilie Arfeuil: Scars of Cambodia
Selected by Agnès Voltz

A mi-chemin entre tradition documentaire et technique plasticienne, « Scars of Cambodia » partage une rencontre intime et un portrait sensoriel de la mémoire enfouie, de la manière dont elle transparaît dans les gestes, les attitudes et l...

Portfolios des Lecteurs
Emilie Arfeuil
Sang-mêlé

Sang-mêlé prend son inspiration dans la photographie ethnologique des XIXème et XXème siècles. Au-delà de la recherche de « types humains », on rêvait, à l’époque coloniale, de pittoresque, d’exo...

Portfolio
Emilie Arfeuil : coup de cœur de Krysztof Candrowicz et Céline Duval

La série Un Passé sous silence d'Emilie Arfeuil a été sélectionnée par Krysztof Candrowicz (Directeur de la Triennale de Photographie d’Hambourg et fondateur du fotofestival Lodz) et Céline Duval (Stimultania Strasb...

Exposition
Emilie Arfeuil –Peeping Tom

Elle s’appelle Emilie Arfeuil. Vous ne saurez rien d’autre de précis sur elle, hormis ces lignes qu’elle nous a envoyées : « La photographie m’accompagne depuis toujours. Mes parents m’offrent un appareil argentique pour mes 15 ans et je commence alors à photographi...