En bref

Appel à candidatures : Prix Bayeux-Calvados 2017

Le Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre 2017 a soif de connaître vos travaux. Les can...

Début de la 3e édition de Photo se Livre à Aix-en-Provence

Du 30 mai au 17 juin, la galerie Fontaine Obscure à Aix-en-Provence accueille le festival Photo se...

Mathias Depardon interrompt sa grève de la faim

Arrêté le 8 mai dernier lors d’un reportage pour National Geographic, et détenu depuis à ...
PHOTO DU JOUR
Annie Leibovitz, Photos tirées de la série Driving © Annie Leibovitz
Annie Leibovitz, Photos tirées de la série Driving © Annie Leibovitz

Homer Sykes est une figure en Angleterre mais ses photographies n’ont que rarement traversé la Manche. Apres l’exposition a la Maison Robert Doisneau, la galerie Les Douches présente son travail des décennies tourmentées, ode a l’inventivité sociale d’un pays en transition ou regne l’humour et l’amour pour ses cultures anodines et loufoques.

Angleterre 1970-1980. Ce sont les années Tatcher, l’Angleterre est ébranlée par les convulsions d’une contre-révolution sociale, culturelle et politique. Le désir ardent de bouleverser le consensus fait grincer les instruments de nouveaux rythmes Punk, New Wave et Glam. Il n’empêche, le folklore traditionnel perdure, réunissant aux matchs de cricket une foule élégante de spectateurs aux chapeaux à calotte haute, queue-de-pie et foulards de soie savamment noués. Avec son discret appareil, Homer Sykes documente sans fracas le drame qui se déploie autour de lui, combinant les exigences humanistes et les impulsions de la photographie de rue autour de deux règles : la spontanéité et la nécessité pour l’image de s’abstenir de texte. Son portrait du cuisinier de « Dinner’s » capture la curiosité de ce dernier au spectacle du trottoir ; sa toque penche vers l’avant tandis qu’il pointe son sourire moustachu et ses épaisses lunettes vers la rue. A son tablier taché répond le menu populaire, variation de protéines accompagnées de frites pour une modique somme. Rien a voir avec les cols serrés, bouches pincées et yeux anxieux qui animent les visages autour du terrain de cricket. La bonne humeur du chef évoque celle que l’on imagine rayonner dans les expressions des enfants jouant aux fantômes dans la rue, cachés jusqu’à la taille sous un long drap flottant dans l’air d’une banlieue londonienne. Short et chaussettes hautes, ils règnent sur les allées tranquilles de Wandsworth. L’été apporte ses joies simples, défiant la crise. Un transat suffit à dessiner un sourire sur les lèvres de ceux qui s’y accordent une courte farniente, même s’il s’agit de se détendre a l’ombre d’une voiture plutôt que d’un palmier sur le trottoir d’un quartier calme. Le livre, les sandales, le maillot sans manches, tout est la -alors quoi bon le sable doux ? Que ce soit un parieur endormi sur le sol apres avoir trop arrosé ses gains au derby annuel ou les Nouveaux Romantiques déchainés du Blitz Club, Homer Sykes ne les interrompt jamais. Il se contente de figer les scènes de la transformation sans pour autant les dénuer de vie, juxtaposant parfois plusieurs d’entre elles dans le meme cadre comme les tranches d’une tarte pas encore entamée.

 

EXPOSITION
So British de Homer Sykes
Du 5 septembre au 31 octobre 2015
Galerie Les Douches
5 Rue Legouvé
75010 Paris

http://www.lesdoucheslagalerie.com
http://www.homersykes.com