En bref

Le musée Nicéphore Nièpce recrute son directeur

Le musée Nicéphore Niépce et la ville de Chalon-sur-Saône recherchent un directeur. Fort d&rsq...

Les vainqueurs du Prix de Photographie Magnum et LensCulture annoncés

L’agence Magnum Photos a annoncé les vainqueurs de son tout jeune prix de photographie. Il s&...

Record de vente pour Wolfgang Tillmans

Le photographe allemand Wolfgang Tillmans, âgé de 48 ans, a vu son oeuvre Freischwimmer #84 être...
PHOTO DU JOUR
Luciana Pampalone, Graflex, 2012 © Luciana Pampalone
Luciana Pampalone, Graflex, 2012 © Luciana Pampalone

Il y a maintenant un an, j’ étais alitée avec un mal de tête insupportable. Je souffre de migraines depuis peu et fus donc étonnée d’être prise de fourmillements dans mes membres. Je ressentis soudain un « POP » dans mon cerveau, une onde qui se propagea en moi de la tête aux pieds. La paralysie m’ engouffra comme une vague. Je ne pouvais absolument plus bouger, ni même ouvrir les yeux ou appeler à l’aide. J’ étais prisonnière de mon propre corps, « locked-in ». Cela ne dura qu’un court moment mais ce fut l’expérience la plus terrifiante de ma vie.

Au-delà de l’ aspect personnel de ce travail, j’ ai toujours été attirée par les juxtapositions de contrastes. Je m’ intéresse en particulier de plus en plus au fait que les oppositions et contradictions ne sont pas nécessairement mutuellement exclusives, contrairement à ce que la logique nous suggère – par exemple, un horrible incident peut aussi avoir une certaine part de beauté. Je suis fascinée par le fait que pendant cet épisode neurologique, je me sentais totalement en mouvement, essayant de sortir de moi-même, alors que j’ étais paralysée physiquement. J’ ai donc voulu représenter visuellement la coexistence de ces deux états d’être opposés en combinant digitalement des expositions multiples. Mais des impressions digitales auraient été à mon avis bien trop claires et définies pour ce travail et j’ ai donc décidé d’ imprimer ma série en utilisant la technique de badigeonnage de Van Dyke Browns. Ce procédé alternatif donne aux impressions finales une certaine douceur, un manque de netteté qui correspond au ressenti de mon expérience et complémente son aspect surréel. Les photos deviennent alors une allégorie pour le lien complexe et obscur qui existe entre notre corps et notre esprit – une connexion que nous ne contemplons que très rarement, sauf peut-être le jour où elle arrête de fonctionner normalement.

Anne-Laure Autin

En savoir plus

Événement
Anne-Laure Autin, Enfermée

Il n'y a pas si longtemps, j'ai eu une crise de migraine alors que j’étais couchée dans mon lit un samedi matin. Je n’avais jamais eu de migraine, alors j'ai été surprise de ressentir des picotements dans tous mes membres. Soudain j'ai senti quelque chose sauter dans ma t...