En bref

Candidatures ouvertes pour l’Athènes Photo Festival

L’Athènes Photo Festival, qui se déroulera dans la capitale grecque du 7 juin au 30 juillet,...

Les Rencontres d’Arles investissent Paris-II Panthéon Assas

Demain mercredi 22 mars aura lieu l’inauguration de l’exposition Les Paradis. Rapport a...

L’ICP célèbre les femmes afro-américaines en façade

Jusqu’au 26 mars, l’International Center of Photography met à l’honneur  les fe...
PHOTO DU JOUR
Philipp Hugues Bonan © Galerie Lame Marseille
Philipp Hugues Bonan © Galerie Lame Marseille

Pendant la seconde guerre mondiale, plus de 11 000 enfants juifs ont été déportés de France vers Auschwitz et autres camps d’extermination nazis dans des convois qui roule jusqu’au 18 août 1944, le jour de Paris a été libéré. Comme la conséquence de l’antisémitisme, un refus de croire en l’égalité humaine, ces enfants étaient parmi les plus de 75 000 Juifs Français déportés par le régime Nazi pour la “Solution finale à la question juive.” Parmi les Juifs Français transportés, seuls 2 564 a survécu à la Shoah. La plupart des jeunes ont été arrêtée par les gendarmes Français sur ordre du gouvernement de Vichy et remise aux mains des Allemands pour la déportation. Au maximum 300 de ces enfants juifs ont survécu.

Fantômes: Les enfants de Holocauste Français est une installation en trois dimensions qui agit comme une commémoration éthérée à l’HME abrégé des vies. Ce projet s’inspire de documents et de photographies recueillies par l’auteur, avocat et chasseur de nazis Serge Klarsfeld, qui j’ai réinterprété par le biais de représentations photographiques de transmettre un sentiment obsédant des possibilités humaines perdues, à deux et trois dimensions. Cette 600 plus anthologie portrait expressionniste génère un composite d’une base de données archive, référence historique et médias narratif. Il post-documentaire approche mélange externe et réalité interne, construire des histoires qui examinent les limites extrêmes du comportement humain concernant l’identité, perte, la mémoire et le racisme.

Robert Hirsch