En bref

Appel à candidatures : Prix Bayeux-Calvados 2017

Le Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre 2017 a soif de connaître vos travaux. Les can...

Début de la 3e édition de Photo se Livre à Aix-en-Provence

Du 30 mai au 17 juin, la galerie Fontaine Obscure à Aix-en-Provence accueille le festival Photo se...

Mathias Depardon interrompt sa grève de la faim

Arrêté le 8 mai dernier lors d’un reportage pour National Geographic, et détenu depuis à ...
PHOTO DU JOUR
Annie Leibovitz, Photos tirées de la série Driving © Annie Leibovitz
Annie Leibovitz, Photos tirées de la série Driving © Annie Leibovitz

En 1956, Harry Callahan (1912-1999) dirige le département de photographie de l’Institute of Design de Chicago. Il reçoit alors une bourse de la Fondation Graham pour réaliser le projet de son choix. Un moment tenté d’utiliser cet argent pour aller au nord du Michigan, Callahan prend une année sabbatique et sur les conseils d’Edward Steichen, part en Europe avec sa femme Eleanor et sa fille Barbara, alors âgée de 7 ans. Après deux mois en Allemagne, il séjourne à Aix-en-Provence de septembre 1957 à juillet 1958.

C’est un total dépaysement pour celui qui n’a jamais quitté le nord des États-Unis.
 Bien que découvrant pour la première fois l’Europe et le « pittoresque » de cette petite ville française (ce sont ses propres mots), Harry Callahan donne à voir dans les images réalisées à Aix-en-Provence, la même rigueur et les mêmes préoccupations esthétiques que dans celles prises précédemment à Chicago et dans le Midwest américain : son rapport à la ville et à l’architecture, ses photos de rues dont les silhouettes furtives sont le plus souvent féminines, son approche minimaliste de la nature et, bien sûr, la présence constante d’Eleanor, son épouse. Passant d’une métropole américaine et des vastes territoires du Michigan et du Wisconsin à une petite cité du Sud de la France, Harry Callahan ne cesse de revisiter son travail et de perfectionner ses obsessions graphiques. Il photographie le matin et consacre ses après-midis aux travaux de laboratoire, comme il l’a toujours fait.

Callahan ne s’intéresse ni à la riche architecture d’Aix-en-Provence, ni à son patrimoine historique, mais trouve dans ses rues, ensoleillées même en hiver, le théâtre idéal pour ses recherches sur l’ombre et la lumière et le graphisme des façades ordinaires. Du cours Mirabeau, vaste esplanade bordée d’hôtels particuliers du XVIIIe siècle, ornée de riches fontaines et de platanes, il ne retient que des figurines minuscules émergeant d’un noir intense et profond.

Les images produites par Harry Callahan à Aix-en-Provence constituent l’un des rares cas où un maître de la street photography américaine se confronte, dans les années 1950, au décor d’une petite ville européenne avec ses rues étroites et ses modestes boutiques, gardant une distance certaine, face aux habitants de la cité. Il se dégage des «French Archives» une poésie froide et distanciée sans aucune nostalgie.

Quant aux études de nature, elles ont pour certaines été réalisées dans le jardin de la maison qu’il occupait sur la route de la montagne Sainte-Victoire, chère à Cézanne.

Callahan y poursuit son approche minimaliste du paysage, privilégiant les motifs resserrés, et prolongeant ses recherches expérimentales et formelles – Callahan a enseigné à l’Institut of Design de Chicago, émanation du New Bauhaus de Moholy-Nagy qui l’avait engagé en 1946 –, en utilisant pleinement les ressources du médium photographique pour traduire ses propres sensations. Il avait déjà réalisé des surimpressions, mais la symbiose entre les paysages de Provence et le corps d’Eleanor fut pour lui une véritable révélation et il s’attacha à en décliner de multiples variations. Interrogé sur ces images, Harry Callahan a répondu que chaque fois qu’il regardait le paysage, il pensait à Eleanor.

Harry Callahan a confié dans quelques rares entretiens, combien son séjour à Aix-en-Provence avec sa femme et sa fille, fut un moment de plénitude et de plaisir absolu.
 A propos de ce voyage, le premier qu’il entreprend à l’étranger, il déclarera : « Je sais juste que, d’une manière ou d’une autre, l’Europe a eu sur moi une influence décisive. »

Séduit par le projet de la Maison Européenne de la Photographie, dont il découvre le chantier en 1994, il revisite alors ses archives personnelles, en compagnie de son ami et galeriste Peter MacGill et sélectionne 130 tirages originaux (la plupart inédits) sous le nom de French Archives, pour offrir l’ensemble au musée. Ce premier geste de soutien et de confiance d’un grand photographe américain marqua incontestablement une étape importante dans la constitution de la collection de la MEP.

Harry Callahan, French archives – Aix-en-Provence 1957-1958
Jusqu’au 29 janvier 2017
Maison Européenne de la Photographie
5/7 rue de Fourcy
75004 Paris
France

http://www.mep-fr.org/

Catalogue publié par Actes Sud, 35€

http://www.actes-sud.fr/

En savoir plus

PHOTOGRAPHE
Harry Callahan

Harry Callahan (1912-1999)

Collection
Celebrating the Negative : Harry Callahan par John Loengard

"En 1936 je reçus une bourse de 10 000$ de la Graham Foundation. Elle était vraiment destinée aux architectes, mais aucun d'entre eux ne pouvait quitter son travail et prendre une année sabbatique. Je pris tout mon matériel à Aix-en-Provence", déclare Harry Callahan, en d...

News
Harry Callahan à la Vancouver Art Gallery

La Vancouver Art Gallery possède déjà une remarquable collection photographique regroupant des artistes canadiens tels Edward Burtynsky, Jeff Wall ou encore Rodney Graham, mais aussi de grands noms internationaux comme, entre autres, Eadweard Muybridge, Cindy...

Tendances
Harry Callahan, Un siècle d’ombres et lumières

La National Gallery of Art présente depuis la fin de l’année dernière une rétrospective dédiée au photographe américain Harry Callahan. Un hommage éclairé, un centenaire après sa naissance.

Interview
Harry Callahan selon Agnès Sire

Une vidéo de La Lettre de La PhotographiePour Agnès Sire, Harry Callahan (1912-1999) “était un pur croyant du médium : il avait foi en la photographie”. La directrice de la Fondation Henri Cartier-Bresson nous parle de ce photographe

Exposition
Harry Callahan, Variations

À lʼoccasion du trentième anniversaire du Mois de la Photo, la MEP a mis à disposition un large éventail de ses collections. La Fondation HCB a retenu lʼimportant ensemble de Harry Callahan (1912-1999)…