En bref

Le musée Nicéphore Nièpce recrute son directeur

Le musée Nicéphore Niépce et la ville de Chalon-sur-Saône recherchent un directeur. Fort d&rsq...

Les vainqueurs du Prix de Photographie Magnum et LensCulture annoncés

L’agence Magnum Photos a annoncé les vainqueurs de son tout jeune prix de photographie. Il s&...

Record de vente pour Wolfgang Tillmans

Le photographe allemand Wolfgang Tillmans, âgé de 48 ans, a vu son oeuvre Freischwimmer #84 être...
PHOTO DU JOUR
Luciana Pampalone, Graflex, 2012 © Luciana Pampalone
Luciana Pampalone, Graflex, 2012 © Luciana Pampalone

La violence contre la population arménienne en Azerbaïdjan à la fin des années 1980, la lutte pour l’indépendance du Nagorno Karabakh et la réunion avec l’Arménie menèrent à une guerre à grande échelle au début des années 1990. L’Arménie a agi à titre de garant de la sécurité du Haut-Karabakh et les forces armées arméniennes ont pu libérer le Haut-Karabakh.

En 1994, l’accord de cessez-le-feu a été signé. Mais, la guerre de Jure n’a jamais fini. Aujourd’hui, les conséquences de la guerre inachevée et des violations du cessez-le-feu par l’Azerbaïdjan sont particulièrement évidentes dans les villages frontaliers.

Ici, depuis les dernières années, les coups de feu n’ont presque jamais cessé, obligeant à de nouvelles règles de vie. Depuis plus de 20 ans, les villageois vivent comme des «otages», pris entre la paix et la guerre. Quitter un village frontalier est comme quitter une tranchée: presque impossible.

 

Yulia Grigoryants

http://yuliagrigoryants.com/