En bref

Le journalisme en Syrie honoré par l’Overseas Press Club Awards

Demain sera donné un grand dîner à New York en l’honneur des gagnants de la 78e édition de...

Dread Scoot sur la grandeur américaine à l’ICP

L’école de l’International Center of Photography (ICP) accueille ce soir, mardi 26 avri...

Profession photographie invite le laboratoire Picto

L’association Profession Photographie invite ce mercredi 26 avril le laboratoire français Pic...
PHOTO DU JOUR
Photographe anonyme. Un Picasso à tomber par terre.
Allemagne, 1955. Tirage argentique d'époque légèrement rehaussé. 21,3 x 16,2 cm
Photographe anonyme. Un Picasso à tomber par terre. Allemagne, 1955. Tirage argentique d'époque légèrement rehaussé. 21,3 x 16,2 cm

Sans Papiers Photographiques est une réalisation photographique et cinématographique. Travail commencé en 2005 et poursuivi tout au long de l’année 2016. Cette réflexion artistique et humaine est basée sur l’accueil, l’ouverture à l’autre et l’échange magnifique qui peut naître lorsque des cultures différentes se rencontrent. Aujourd’hui, ils sont appelés “demandeurs d’asile” mais demain ils seront des personnes actives et des acteurs importants de la société.

Ce travail est basé sur un regard très différent de ce que les médias nous proposent aujourd’hui. Ce n’est ni du reportage ni un documentaire et encore moins un court métrage. Mes modèles sont beaux, attachants et leurs multiples langues sont de belles musiques à entendre. Il n’y a aucune traduction à la vision de ces rencontres, mais le regard et les modulations de leurs voix nous racontent naturellement leur prénom, le pays qu’ils ont du quitter et celui qui les as accueillis.

Nul besoin de sous-titres car dans ces moments là, c’est le cœur, l’émotion et l’empathie qui parlent. Ces merveilleux moments vécus en les invitant chacun à leur tour dans mon studio de prises de vues a suscité entre eux et moi de très beaux échanges.

Cette expérience, je veux l’offrir à un maximum de personnes, peu importe que ces rencontres se soient faites en Belgique, ces situations sont devenues quotidiennes à travers le monde. La crainte de tendre la main à l’autre n’est jamais que de la timidité ou la peur de l’inconnu. Cette exposition itinérante sera nationale mais surtout internationale et donnera à une multitude de visiteurs l’envie de connaître également la chance que j’ai eu de vivre cette aventure, ce tour du monde d’un voyageur immobile qui a reçu plus que ce qu’il a donné.

Aujourd’hui être réalisateur et photographe de paix est bien plus périlleux dans la démarche et moins vendeur que d’être photographe de guerre. Déceler et mettre en scène ces moments positifs et heureux de la vie est cependant le plus beau cadeau du monde et le meilleur salaire que l’on puisse espérer recevoir.

Le passage de cette exposition à la maison communale de Rixensart (Belgique) jusqu’au 23 janvier 2017, avant de commencer son itinérance internationale, est un moment fort et une expérience importante qui mettra en lumière via les portraits photographiques et cinématographiques la force et la beauté de ces personnes, mais aussi l’espoir et la foi dans l’avenir de ces gens qu’on appelle encore aujourd’hui des réfugiés. 

Jean-Dominique Burton      

Jean-Dominique Burton, Sans papiers photographiques
Jusqu’au 23 janvier 2017
Maison communale de Rixensart
Avenue de Mérode, 75
1330 Rixensart
Belgique

http://www.rixensart.be/

http://www.jeandominiqueburton.com/

En savoir plus

Festival / Foire
Reims 2012, Jean-Dominique Burton

Jean-Dominique Burton photographie parce qu’il est voyageur et non l’inverse. L’humain est son sujet unique de même que le portrait est le seul genre qu’il pratique, quoi qu’il photographie. C’est parce qu’il a voulu garder trace de ses rencontres qu’il a entrepr...