En bref

Candidatures ouvertes pour l’Athènes Photo Festival

L’Athènes Photo Festival, qui se déroulera dans la capitale grecque du 7 juin au 30 juillet,...

Les Rencontres d’Arles investissent Paris-II Panthéon Assas

Demain mercredi 22 mars aura lieu l’inauguration de l’exposition Les Paradis. Rapport a...

L’ICP célèbre les femmes afro-américaines en façade

Jusqu’au 26 mars, l’International Center of Photography met à l’honneur  les fe...
PHOTO DU JOUR
Philipp Hugues Bonan © Galerie Lame Marseille
Philipp Hugues Bonan © Galerie Lame Marseille

Je connais Harry depuis longtemps. Nous entretenons une relation chaleureuse basée sur l’amitié et le respect profond du travail, essentiel à mes yeux – dans toutes mes collaborations durables. Il s’avère que je n’ai vraiment découvert son œuvre que lorsque nous avons décidé de travailler ensemble. Bien sûr, le fait qu’il soit considéré comme le pionnier de la photographie européenne en couleur l’a parfois enfermé, réduisant pour moi et pour d’autres la richesse de son œuvre – même si l’étiquette a le mérite de souligner un aspect important de ses recherches. Au fil du temps, j’ai pourtant découvert les nombreuses facettes de son art, et il est devenu encore plus évident pour nous de travailler ensemble.

Cette exposition, et par extension, cette publication, ne traite… pas de voitures. Les automobiles ne sont qu’un prétexte pour choisir des images à partir d’archives riches où il est question de forme, de couleur et de lumière. L’intérêt de cette sélection est de se concentrer sur le talent d’Harry à décrire la géographie des lieux où ses photos ont été prises, purement et principalement à travers le rendu des couleurs. Ce que je veux dire, c’est que ce n’est pas ce qui est montré qui nous indique si les photos ont été prises à Moscou ou Marakech. Il ne s’agit que de lumière, du sentiment particulier de capter certaines couleurs précises. Il est également très émouvant de découvrir sa passion pour le cinéma, qui lui confère ce regard particulier, non pas celui du documentariste, mais du narrateur. Et si certaines photos tendent vers cette direction, c’est bien malgré lui. Dans l’œuvre d’Harry, il n’est jamais question de voitures, comme il n’est jamais question de lieux spécifiques, de tristesse ou de bizarrerie, mais d’un regard sensible et intelligent sur le monde. Un monde fait de choses, de gens, et oui, de lieux, de voitures, d’atmosphères… de vie.

Roger Szmulewitz

Roger Szmulewitz est directeur de la Galerie 51, à Anvers, en Belgique.

 

Harry Gruyaert, It’s not about cars
Du 14 février au 8 avril 2017
Galerie 51
Zirkstraat 20
2000 Antwerpen
Belgique

http://www.gallery51.com/