En bref

Richard Mosse arrêté en Grèce

Le photographe irlandais Richard Mosse, récent lauréat du prix Pictet 2017 pour sa série Heat Ma...

Le Musée de la Photographie de Charleroi souffle ses trente bougies

Crée en 1987, le Musée de la Photographie de Charleroi fête cette année ses trente ans. «&...

Martin Parr en personne au Metrograph New York

Le photographe britannique Martin Parr, membre de l’agence Magnum Photos, sera en conversation...
PHOTO DU JOUR
Eve Arnold, School for non-violence, Virginia, 1960 © Eve Arnold/Magnum Photos
Eve Arnold, School for non-violence, Virginia, 1960 © Eve Arnold/Magnum Photos

Les sceptiques ont finalement cédé, suivant ceux rapidement gagnés par le vertige des horizons nouveaux. Grisés par les capacités techniques du nouvel outil, enthousiasmés par ses caractéristiques, ou tout simplement « de leur temps », les opérateurs sont passés d’une matérialité à une autre avec très peu de résistance. Les professionnels ont transposé leur savoir-faire du bac de révélateur au logiciel de traitement d’image, abandonnant la chimie non sans quelques regrets. Les amateurs ont adopté le matériel désormais disponible, les gestes induits par celui-ci, oubliant vite la contrainte des vingt-quatre ou trente-six poses qui conditionnaient le souvenir des meilleurs moments de leur existence.

L’avènement du numérique, l’agonie de l’argentique. C’est la nouvelle étape connue par l’histoire de la photographie au tournant du XXIe siècle. Quand un bouleversement survient rapidement dans une pratique aussi commune, quotidienne, universelle que la photographie, comment mesurer l’ampleur de son impact ? La mutation technologique produit une véritable onde de choc. Si les nouvelles habitudes et méthodes des photographes sont un aspect du changement, c’est toute une organisation industrielle et commerciale qui en subit rapidement les effets.

Témoins conscients de la transition, trois photographes, Catherine Leutenegger, Robert Burley et Michel Campeau, ont enquêté simultanément sur certains aspects de cette révolution technologique et sociétale. Les photographies composant cette exposition dressent un état des lieux objectif et distancié d’un processus désormais achevé.

Anne-Céline Borey 

Anne-Céline Borey est commissaire d’exposition au Musée de la Photographie André Villers.

Argentic Agony, La fin d’une ère photographique
Du 8 février au 5 mai 2017
Musée de la Photographie André Villers
Porte Sarrazine
06250 Mougins
France

http://www.mougins-tourisme.fr/fr/content/le-mus%C3%A9e-de-la-photographie-andr%C3%A9-villers-0