En bref

Le salon PixDay ouvrira ses portes le 30 mars

Le salon PixDay ouvre ses portes jeudi prochain. Il se tiendra sur cette seule journée au forum de...

Lancement du livre American Dream chez Artazar

Sylvie Meunier et Patrick Tourneboeuf lanceront demain mardi 28 mars leur livre American Dream dan...

Lecture et signature de Philip Trager et Ken Schles

Demain mardi 28 mars auront lieu une lecture et signature des photographes Philip Trager et Ken Schl...
PHOTO DU JOUR
Henri Cartier-Bresson, Sur les bords de la Marne, 1938 © Fondation Henri Cartier-Bresson & Phillips
Henri Cartier-Bresson, Sur les bords de la Marne, 1938 © Fondation Henri Cartier-Bresson & Phillips

Images particulières et paysages légendaires reflètent une réalité désorganisée. Émerge une idée, qui suscite un mot, peut-être “parc”. Une représentation pousse et croît. Dans votre esprit, il se peut qu’elle fleurisse en verdure, avec des arbres, des pics et des piliers de pierre et d’écorce. Ou peut-être pas. Alors plutôt… un lieu différent, une autre personne, un pique-nique, en vue panoramique. Ces détails sont propres à l’imagerie de Thomas Albdorf, dans sa série General View, actuellement exposée à la Deli Gallery de New York. L’artiste a concocté là un assemblage étrange, jouant sur la réalité et les profondeurs incertaines. Les systèmes agraires de l’univers contenu dans ces photographies ont rompu les amarres. L’alchimie de leur mystère ensorcèle les pensées, les entraînant sur un sentier qui serpente entre sommets montagneux et champs, ponctués de flous consistants et de merveilles qui égrènent un abîme de valeurs trompeuses.

Thomas Albdorf puise dans des attentes déconstruites et des lieux qu’il n’a jamais visités. La matérialité intrinsèque de la photographie foisonne de potentiel analogique. Le pouvoir que détiennent terres inconnues et représentations de nouvelles destinations est celui d’une familiarité pleinement réalisée : ne suis-je pas déjà venu ici ? Au sein du reconnu, certain détails troublent les sens. Les photos de General View brisent la loi des liens à des lieux qui, en réalité, ne sont pas disjoints. Toutefois, la tendre délicatesse de leur composition méticuleuse mitige la chatoyante crédibilité des paysages. La nature est-elle digne de confiance ? Cette imagerie ne comporte ni acteurs, ni objets auxquels s’identifier. Dans leur exactitude sculpturale arrangée, les images sont algorithmiques.

Qu’est-ce que la réalité ? Quel concept difficile. Et “quelque chose” ne signifie pas forcément “une chose”. Tout juste hors de portée, à la fois pleine et résonnante, à l’étroit au sein d’elle-même, une chose est unique. Les photographies de Thomas Albdorf testent les limites. Les tirages sont de qualités différentes. Les papiers et les plis, les variantes et les altérations subtiles de composition semblent s’apparenter à de l’imitation. Ou plutôt, à un sentiment de déjà vu. En elle-même, la série est une forêt – semez donc des miettes derrière vous, vous en aurez peut-être besoin. Dans ces images, un cri de défi ébloui résonne – ne t’ai-je pas déjà vu ? Ne te trouvais-tu pas juste là ? Ne vous perdez pas. La survie s’appuie sur les adaptations, les corrélations, les souvenirs et l’acceptation. L’inconnu avive des peurs qui accordent à la forme libre de nouvelles sortes d’envol. Ces photographies ont ce pouvoir.

Dans le travail de Thomas Albdorf, la démesure qui pétrit attentes et préjugés se trouve jetée aux quatre vents. Il nous faut cette bouffée d’air, c’est vital. Cet espace, à la fois profondément enraciné et aérien, offre sa manne à son public. À la lumière des permutations, une narration distincte invite à l’individualité. Je ne pense pas une seule seconde que ces photos aient la même signification pour tout le monde. Libérées de toute spécificité, elles exercent un effet hypnotique ouvrant sur le possible et de nouvelles compréhensions. Les identités surnaturelles et distinctives de General View sont nouvelles dans leur authenticité. On marche sur le fil du rasoir en forçant quelque chose qui n’est pas nécessairement mieux, mais différent. Les origines de la photographie recoupent les chemins des potentialités. Certaines sont primaires, d’autre recèlent de la probabilité. En revivant la concentration d’Albdorf, on obtient de nouvelles quantités et qualités. Thomas Albdorf est un agent libre, indépendant et tumultueux. Ses œuvres sont excitantes, car elles sont authentiques, inconditionnelles, incontrôlables et absolument contemporaines.

Efrem Zelony-Mindell 

Efrem Zelony-Mindell est poète, photographe et commissaire d’expositions indépendant. Il réside à New York.

 

Thomas Albdorf, General View
Du 10 février au 5 mars 2017
Deli Gallery
10-16 46th Avenue
Queens, New York, 11101
USA

http://www.deligallery.com/