En bref

Koudelka en personne à l’Anthology Film Archives

The Anthology Film Archives (New York) welcomes on Monday 26 the Czech photographer Josef Koudelka M...

Willy Ronis au Château de Tours

Demain, mardi 27 juin, ouvrira l’exposition du Jeu de Paume et du Château de Tours, consacré...

Richard Mosse arrêté en Grèce

Le photographe irlandais Richard Mosse, récent lauréat du prix Pictet 2017 pour sa série Heat Ma...
PHOTO DU JOUR
Eve Arnold, School for non-violence, Virginia, 1960 © Eve Arnold/Magnum Photos
Eve Arnold, School for non-violence, Virginia, 1960 © Eve Arnold/Magnum Photos

Les Boikos sont une communauté des plus étranges que l’on puisse trouver dans toute la chaîne des Carpates. Ils sont un peu muets. Incapables de parler d’eux-mêmes. Ils sont si vivants en votre compagnie, et pourtant sont difficiles à définir. Ils accomplissent tant de gestes qui ont disparu ailleurs, et si peu de tout ce que l’on trouve partout.

Eté comme hiver, le photographe polonais Jan Brykczynski a saisi la beauté intemporelle de cette communauté des Carpates ukrainiennes. Les paysages et les hommes sont restés hors du temps, vierges de toute influence extérieure. La série Boiko a été ainsi photographiée entre 2009 et 2012 à Karpatskoye, village dans l’ouest de l’Ukraine, près de la frontière polonaise.

Jan Brykczyński a alors partagé le quotidien des Boikos au printemps et en hiver. Il dit : « Ce village résume parfaitement l’idée que je me fais de la vie rurale dans toute sa forme primitive. J’ai été plongé dans un monde de rites où la magie noire se confronte à la magie blanche, où le mal lutte contre le bien ; un monde sorti de contes de fées qu’on me contait, enfant ».

 

Jan Brykczynski, Boiko
Du 8 avril au 8 mai 2017
Dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris
Little Big Galerie
45 rue Lepic
75018 Paris
France

http://littlebiggalerie.com/