En bref

Koudelka en personne à l’Anthology Film Archives

The Anthology Film Archives (New York) welcomes on Monday 26 the Czech photographer Josef Koudelka M...

Willy Ronis au Château de Tours

Demain, mardi 27 juin, ouvrira l’exposition du Jeu de Paume et du Château de Tours, consacré...

Richard Mosse arrêté en Grèce

Le photographe irlandais Richard Mosse, récent lauréat du prix Pictet 2017 pour sa série Heat Ma...
PHOTO DU JOUR
Eve Arnold, School for non-violence, Virginia, 1960 © Eve Arnold/Magnum Photos
Eve Arnold, School for non-violence, Virginia, 1960 © Eve Arnold/Magnum Photos

Quarante ans d’un parcours artistique, à l’intemporalité indéniable, concentrés dans les œuvres inédites et produites récemment par Joel-Peter Witkin. Les thèmes de prédilection du singulier photographe américain lient amour, spiritualité et mort dans des tableaux vivants, anti-chambre du fétichisme. Ainsi, développe-t-il un système de représentation fonctionnant comme un miroir façonné par des signes efficaces. Il combine la puissance des vertus et des vices comme une pratique magique pour mieux signifier les rapports intimes et sociaux.

Tel un démiurge, il nous livre des demi-mondes que nous sommes invités à percevoir, à interpréter… tout comme nous sommes invités, une nouvelle fois, à nous confronter à ses vrais faux mementi mori. Aussi possède-t-il une culture artistique perceptible dans ses thématiques, son langage plastique, mais aussi dans la précision de ses dispositifs de prise de vue. Ses carnets de croquis recèlent de multiples références aux œuvres picturales ou sculpturales de l’histoire de l’art et contiennent tout autant les secrets de son âme…

Ici, la photographie est toujours soumise aux propriétés chimiques et autres virages multiples et à l’intervention du geste physique : grattage, arrachement, abrasion, inscription, incision. Une intervention que l’on peut lire comme une incarnation subjuguée, manifestée par des surcharges de peinture, des retouches visibles, des découpages, collages ou encaustique. Cette nouvelle exposition du singulier Witkin, visible à la galerie Baudoin Lebon à Paris, livre tout le savoir-faire technique iconoclaste et atypique de ce photographe hors normes.

Joel Peter Witkin, The Soul Has No Gender
Du 20 avril au 3 juin 2017
Dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris
Galerie Baudoin Lebon
8 Rue Charles-François Dupuis
75003 Paris
France

http://www.baudoin-lebon.com/

En savoir plus

PHOTOGRAPHE
Joel-Peter Witkin

Joel-Peter Witkin est né en 1939 à New York, d’un père immigré lituanien juif et d’une mère catholique d’origine italienne. Il vit actuellement à Albuquerque (Nouveau-Mexique) o&ug...