En bref

Le musée Nicéphore Nièpce recrute son directeur

Le musée Nicéphore Niépce et la ville de Chalon-sur-Saône recherchent un directeur. Fort d&rsq...

Les vainqueurs du Prix de Photographie Magnum et LensCulture annoncés

L’agence Magnum Photos a annoncé les vainqueurs de son tout jeune prix de photographie. Il s&...

Record de vente pour Wolfgang Tillmans

Le photographe allemand Wolfgang Tillmans, âgé de 48 ans, a vu son oeuvre Freischwimmer #84 être...
PHOTO DU JOUR
Luciana Pampalone, Graflex, 2012 © Luciana Pampalone
Luciana Pampalone, Graflex, 2012 © Luciana Pampalone

Kayar est un petit village de pêcheurs posé en bord de mer au Sénégal. Chaque année pendant six mois le village double sa population en accueillant des milliers de migrants saisonniers de la pêche. Femmes, enfants, ces tribus élisent domicile dans des conditions précaires, poussent les murs, envahissent les écoles et la plage. Car ici, un gouffre profond à quelques kilomètres du rivage, permet de ramasser des tonnes de poissons venus s’y réfugier pendant « la campagne », de janvier à juin. Un spectacle en continu où l’on découvre que les méthodes traditionnelles (les chaînes de ramassage, le système de comptage, le fumage et le séchage du poisson aux branches de filao) s’utilisent en parallèle des techniques modernes (mailles des filets, laboratoire de contrôle et mise en place d’une aire marine protégée), où l’on voit une foule compacte se ruer sur les bateaux rentrant de la pêche alors que les enfants jouent dans les eaux claires parmi les pirogues, entre « ciel et mer ». Une micro-économie qui tire ses mailles entre tradition et modernité, et qui alimente pourtant de nombreux étals de poissons dans le monde.

 

Nathalie Guironnet

www.nathalieguironnet.wix.com/portfolio